Chirurgie - SONGe

Chirurgie

Votre chirurgien vous aidera à comprendre les options qui s’offrent à vous. Il vous conseillera et choisira avec vous la meilleure option pour garantir les meilleurs résultats possibles, pour votre santé et le résultat cosmétique.

• La lymphoscintigraphie : Il s’agit de l’injection d’un produit radio-marqué dans le lit de la tumeur, qui va suivre le chemin que celle-ci aura emprunté pour progresser/essaimer. Ce traçage permet au chirurgien d’être le plus précis possible pour localiser les ganglions à prélever.

• La biopsie du ganglion sentinelle : La biopsie du ganglion lymphatique sentinelle est l’ablation de l’un ou de plusieurs des premiers relais ganglionnaires impliqués dans le drainage de la région tumorale, afin de déterminer si les cellules cancéreuses se sont déjà propagées au-delà du sein.

• Le curage axillaire : Il consiste à prélever les ganglions du creux de l’aisselle.
Sa réalisation a plusieurs buts :
1. l’analyse au microscope des ganglions prélevés par le pathologiste ; elle va permettre de connaître le statut du cancer, c’est-à-dire local (au niveau du sein) si les ganglions sont sains ou négatifs, ou régional (étendu au niveau du creux de l’aisselle) si les ganglions sont atteints ou positifs.
2. Il permet ainsi d’adapter au mieux les traitements complémentaires, afin de ne pas sur- ou sous-traiter le cancer.
3. Par ailleurs, en enlevant les cellules cancéreuses qui auraient pu diffuser jusqu’aux ganglions lymphatiques (ganglions positifs), il permet aussi de diminuer le risque de récidive locale ou à distance (métastases) : il s’agit donc bien déjà d’un traitement.
Le curage est donc informatif, pronostique et thérapeutique.

• La tumorectomie : La tumorectomie, aussi connue sous le nom d’excision large ou mastectomie partielle, et implique l’ablation chirurgicale du cancer en emportant autour de lui une marge de tissu sain ou normal. La tumorectomie est l’option de choix lorsque le cancer est localisé dans un seul quadrant du sein. Les avantages de la tumorectomie sont essentiellement la conservation du sein et du mamelon. Il est aujourd’hui clairement reconnu que cette chirurgie associée à de la radiothérapie est aussi efficace à long terme que la mastectomie.

• La mastectomie : Il s’agit de l’ablation complète du sein, avec ou sans préservation du mamelon. Elle peut être médicalement nécessaire et inévitable si le cancer s’est propagé dans plusieurs quadrants du sein, si la taille de la tumeur est trop importante ou encore si le sein est de petite taille et que de ce fait, le résultat esthétique ne sera pas satisfaisant. Dans de très nombreux cas, choisir une mastectomie permet d’éviter la radiothérapie.

La chirurgie reconstructrice

S’il s’avère qu’une mastectomie est nécessaire, votre chirurgien planifiera une consultation avec un chirurgien plasticien spécialisé qui examinera les différentes options de reconstruction et vous aidera à décider quelle technique est la mieux adaptée à votre type de cancer, votre sein et à votre plan de traitement.
En général, la reconstruction mammaire est réalisée simultanément à la mastectomie, si l’on pense qu’il n’y aura pas de radiothérapie. Elle sera parfois pratiquée selon une autre procédure, plus ou moins différée, respectant le programme thérapeutique (radiothérapie). Les résultats esthétiques en dépendent. La chirurgie reconstructrice immédiate ou différée est discutée dans le cadre du colloque multidisciplinaire du SONGe (CMD). Une reconstruction complète peut demander plusieurs interventions plastiques et se prolonger sur une année.

Retour